Skip to content Skip to footer

Mon expérience en flexible

Après 4 années d’expérimentation, d’échanges et de recherches, il était temps de poser les mots ici et vous partager mon expérience de la classe flexible. Cet article est une retrospective des 4 dernières années de ma vie de maitresses. 4 années de recherches, d’adaptations, d’échecs, de coups de mou et de réussites pour en arriver aujourd’hui à ce point. Et ce point n’est encore qu’un point intermédiaire, il y a encore mille choses que je veux essayer. Je me laisse le temps d’y aller petit à petit et pour ici, je commencerai par le tout début, mon année de T1.

Pourquoi je me suis lancée en classe flexible ? 

Année de T1, 31 août, pré-rentrée J-1. Le téléphone sonne enfin, on me dit que j’ai obtenu un poste. Une classe à l’année à l’autre bout du département. Ce n’était pas ma localisation rêvée mais BORDEL j’ai ma classe, MA CLASSE pendant 1 an. Je téléphone directement à l’école, j’apprends que j’ai un CM1 et que je peux venir à l’école pour les infos. Je débarque donc dans ma nouvelle école pleine d’énergie et de motivation, et c’est là que j’ai le droit au topo. J’ai récupéré une des classes dont personne ne voulait, tout le monde s’était cassé les dents que cette promo notamment à cause d’un élève hautement perturbateur. Ajoutons à ça les difficultés habituelles, un élève autiste, heureusement avec une AVS à plein temps absolument merveilleuse : le tout dans une classe hétérogènes, les problèmes de remplacements … Bref, on me le dit clairement je vais en baver. Je décide quand même que je ne vais écouter que moi et voir comment ça se passe. 2 semaines après je comprenais ; mon quotidien était de ceinturer un élève presque quotidiennement car il était violent et dangereux pour les autres. Je ne parle même pas des coups que se prenaient les adultes, eux aussi étaient quotidiens. Le climat de classe en pâtissait, beaucoup voyaient cet élève comme un leader et suivaient. Les journées étaient épuisantes, éprouvantes moralement et physiquement mais je refusais de lâcher prise. J’ai passé 3 périodes à tout tenter pour cet élève, j’ai fini en commission de régulation lors de laquelle mon IEN m’a expliqué que j’avais tout tenté mais que tant que les parents ne se présenteraient pas à l’école pour remplir les demandes d’orientation, il n’y aurait rien à faire. SPOILER ALERT : nous n’avons jamais rempli de dossiers.
Vacances entre le P3 et la P4, je découvre sur Instagram deux comptes qui partagent leur quotidien en flexible seating/classe flexible. Deux femmes merveilleusement inspirantes et patiente : Aurelia et Séverine aka @maitresse_aurel et @la_maitresse_sev. Elles seront le début et les accompagnatrices de tout.

Où j’ai commencé et mon chemin depuis ? 

Ce sont donc Aurélia et Séverine qui ont été mes premiers repères, elles ont été ultra patientes, ont répondu à toutes mes questions et m’ont permis de commencer à entrevoir un chemin vers une fin d’année plus douce. « Et si je séparais mon groupe classe en deux pour séparer les mauvaises alliances et trouver enfin du temps pour ces élèves en difficultés qui pâtissent énormément du comportement des autres. » Je ne me sentais clairement pas prête à avoir un fonctionnement entièrement flexible en classe, laisser les élèves choisir leur place, installer des assises flexibles, changer les règles de fonctionnements … Je pouvais m’y résoudre et c’était ok. Ces premiers pas, ces premiers début en semi-flexible m’ont rassuré, ils m’ont donné envie de tenter plus au long des autres années. Voici donc mon fonctionnement année par année : 

T1 : J’ai réorganisé ma classe pour créer un U devant le tableau et le reste de la classe en ilot. Chaque élève avait sa place attitrée avec sa case. Ils ne changeaient de place qu’au moment des séances de français et mathématiques  qui se déroulaient en demi-groupe. Pour le groupe qui n’était pas avec moi, j’ai crée des feuilles de routes/plans de travail et des ateliers autonomes. D’abord, uniquement des exercices de réinvestissement car j’avais remarqué également qu’une fois une séquence terminée, l’évaluation passée, mes élèves la considérait comme oubliée. Cela ne restait pas, c’est à partir de ce moment que j’ai commencé à me poser la question de la justesse d’une séquence classe avec évaluation sommative mais encore une fois, je n’étais pas prête à aller plus loin. Vous pouvez retrouver des articles sur les plans de travail/feuilles de route, mon fonctionnement en ateliers et mon emploi du temps juste ici. Ils complètent cet article. Je passe donc les 2 dernières périodes en semi-flexible et c’est une REVOLUTION. En quelques semaines de travail, le climat de classe est apaisé, les élèves prennent leur place d’élèves et je vis 2 périodes tellement géniales que je demande à rester sur mon poste dans cette école. La classe flexible m’a sauvé mon année mais en plus, j’ai découvert une façon de travailler dans laquelle je m’épanouis tellement plus, je ne veux plus retourner en arrière. Au contraire, je veux aller plus loin et tenter le flexible dans son ensemble. Cette année-là, à part des boites pour ranger les ateliers, je n’ai rien acheté comme matériel pour la classe flexible.
Evidement, tous les jours n’étaient pas si roses. Il a fallu faire des aménagements de règles, des concessions et prendre des décisions notamment sur la gestion du bruit et des bavardages qui peuvent facilement gâcher une séance. C’est l’utilisation des conseils d’élèves qui m’a énormément aidé. Les élèves étaient maitres de leur règles, de leur fonctionnement. Ils étaient plus impliqués dans la classe. Voilà donc 4 ans (même 5 ans avec l’année de PES) que je mets en place des conseils d’élèves. J’ai d’ailleurs écrit un article à ce sujet, ici.

T2 : J’obtiens un poste définitif dans une nouvelle école, je reste dans la ville où j’étais en T1 mais je n’obtiens pas mon école à quelques mois de naissances prêt. La collègue qui obtient le poste a le même nombre de points que moi mais 2 mois de plus. Finalement, c’est un mal pour un bien. Cette année sera EXTREMEMENT riche en rencontres, mais je m’égare. J’obtiens donc un poste en CP dédoublé, c’est ce qui reste mais je suis ravie, après mon année de CM1 mouvementé, je veux tester autre chose. Ce sera l’année de la classe des SUPER ! Bien que cette année ait été source de beaucoup de mal-être, mes 10 SUPER étaient ma bouteille d’oxygène. J’ai beaucoup, beaucoup appris avec eux et je leur resterai éternellement attachés. Ils m’ont fait grandir comme maitresse. Je décide que cette année de CP dédoublé sera idéale pour tenter le 100% flexible. J’achète (sur mon argent personnel) des ballons et galettes de chez Action. Je trouve un meuble TROFAST au coin bonnes affaires d’Ikea (ce coin a habillé une très grande partie de ma classe flexible) et je décore toute ma classe au couleur des super-héros. Je garde l’aménagement de ma classe de CM1 : un u devant le tableau, deux ilots de travail et des tables contre un mur pour l’espace numérique. J’installe une éllipse au sol pour le coin regroupement devant le deuxième tableau qui était déjà dans la classe (ancienne classe pour double-niveau). Je dis également au revoir à mon bureau, trop encombrant et inutile. Je m’installe au mur un espace d’affichage pour moi au moyen d’un tableau de liège qui traine chez moi, une petite table pour poser mes banettes à papier faites à partir des couvercles des ramettes de papiers puis dans l’année, je remplace par un petit chariot de matériel Ikea que je n’utilisais plus. Vous pouvez retrouver énormément d’articles et de photos sur Instragram concernant mon année en CP dédoublé et sur le blog, c’est ici (ateliers, leçons, fonctionnement …). J’ai aussi découvert très rapidement l’importance des pictogrammes, des images et des photos. J’ai gardé cette habitude de tout imager pour les élèves en difficultés (notamment en lecture) même en cycle 3, c’est une grande aide pour eux dans le développement de l’autonomie. 
Comme lors de la T1, les séances de français et mathématiques sont en demi-groupe mais CP oblige, j’instaure des ateliers de manipulations et non plus des exercices écrits. Pour la validation des plans de travail/feuilles de route, je reprends l’idée d’Aurélia de faire des photos. Je réutilise 2 iPod touch qui trainent à la maison pour faire office d’appareil photo. Je mets également en place l’application Lalilo au moyen de deux ordinateurs récupérés auprès de ma famille, des casques trouvés à la maison et la connexion internet de mon téléphone. 
Ce qui est magique avec les CP, c’est que le fonctionnement en maternelle et en classe flexible est très similaire, c’est d’ailleurs pour cela que je m’inspire régulièrement de la pratique de Nina dans sa classe pour l’adapter à la mienne. Les SUPER ont tout de suite accroché aux fonctionnement en ateliers, à la classe flexible et aux assises proposés. C’est d’ailleurs, la classe la plus attentionnée face aux matériel que j’ai eu en 4 ans et la plus efficace sur le rangement.
J’ai instauré les assises flexibles pour les élèves lors des ateliers autonomes dans un premier temps et puis, petit à petit, pour certaines séances, à l’exception de l’écriture. 
Cette également lors de mon année de T2 que je rencontre ma CPC avec qui je travaille toujours à développer ma pratique en classe flexible. Elle est d’un grand soutien, un vrai bonheur ! A la fin de mon année de T2, je reçois également la visite de mon IEN à ma demande et je deviens MAT. Au cours d’une visite de la mairie sur l’architecture de l’école, le responsable du service éducation découvre également ma classe et mon fonctionnement. C’est lui qui me propose de monter un dossier pour avoir un financement afin de développer ma classe flexible. Cette année, j’ai donc acheté des assises flexibles, des boites, un meuble ikéa, un petit tableau et un petit chariot Action qui est aujourd’hui chez une de mes collègues de CE1. Tout ces achats sont toujours utilisés aujourd’hui en classe sauf un ballon qui a crevé. 

T3 : C’est à nouveau un changement d’école pour mon école actuelle. Celle où je me sens si bien. Je suis maintenant lancé en 100% flexible, j’ai obtenu quelques meubles financés par la mairie : une bibliothèque, des tapis, un meuble case pour les élèves, 4 chaises hautes, 3 Z’Tools et 4 nouveaux ballons. J’ai ramené avec moi mes achats de T1/T2, j’ai acheté un tapis d’extérieur chez Action pour 5 euros puis enfin, j’ai rajouté des meubles qui venait de mes différents déménagements lors de mon année de T2 (j’ai déménagé 2 fois). J’ai donc aménagé ma classe avec beaucoup de récupération. En arrivant dans la classe, j’ai commencé par sortir la moitié des tables ! J’étais prête à avoir moins de tables et places assises traditionnelles que d’élèves, un nouveau pas dans ma pratique, c’est ce qui donne un aspect si dégagé en photos ou vidéos, on a une impression de grandeur. J’ai gardé mon U devant le tableau, mes ilots dans le reste de la classe. C’est une organisation qui me va. Cette année a été écourté par le confinement mais avant notre départ, j’avais reçu en test de la part de Classe de Demain, l’ilot Wallis dont on vous parle dans cet article. Je n’ai toujours plus de bureau, je garde le même fonctionnement que mon année de T2 mais je change des couvercles de papier pour des meubles à tiroirs qui allait partir à la poubelle. Pour l’organisation, j’ai gardé encore une fois les demi-groupes, les feuilles de route sauf que j’ai, cette fois-ci, décidé d’intégrer des ateliers de manipulation ET des exercices à l’écrit à l’intérieur. Un bon mélange de mes 2 dernières années de travail. 
L’année de T3 a été aussi celle où j’ai dit, sans aucun regret, adieu aux évaluations sommatives de français et de mathématiques pour laisser place à l’évaluation des compétences par observations, sur le même modèle de Nina. Je vous en parle dans un article, ici.

T4 : C’est l’année en cours, une année pleine de projets mais où je garde le même niveau, le même fonctionnement, le même aménagement de classe en changeant un ou deux ilots de place. Je dis adieu petit à petit à de plus en plus de tables classiques. J’installe une table ronde qui trainait dans la réserve de l’école pour faciliter les échanges, les travaux de groupes. La mairie finance l’achat de 3 nouveaux Z’tool et 4 tabourets oscillants Mangoo. J’ai également racheté un deuxième tapis chez Action. Je les trouve super chouette. Ils sont souvent dispo en avril – mai. J’attends cette année pour en racheter un ou deux car je ne trouve pas les tapis puzzles pas pratiques du tout. J’en avais 8 à la base et petit à petit, je les donne à mes collèges qui en profitent. D’ailleurs, depuis mon changement d’école, ma classe est bien plus petite, je n’ai plus de place pour tout donc j’ai prêté une partie de mon mobilier personnel à d’autres collègues de mon école. Je teste cette année la table effaçable et magnétique Kimo dont on vous parle sur Instagram. Je voudrai mettre en place des ateliers de lecture également, je travaille donc dessus, c’est mon objectif de l’année et il a pris un peu de retard. Pour visualiser la classe actuelle dans son ensemble, voici quelques photos

Je profite pour faire un petit point taille de classe car je reçois beaucoup de messages à ce sujet sur ma classe. Je ne connais la taille de ma classe, c’est la plus petite que j’ai eu jusqu’ici, c’est ma seule info. Néanmoins, sachez qu’en photos et vidéos, les tailles ne sont pas forcément respectées. Mon téléphone comporte un objectif grand angle que j’utilise régulièrement lors des photos ou vidéos de ma classe. Enfin, je n’ai en tout que 9 tables dans la classes, aucun bureau, ce qui permet cette impression de « grandeur ». 

Mon fonctionnement type 

Je vais ici vous détailler un début de journée et une séance type en demi-groupe.

Début de journée : 8h50, l’accueil se fait maintenant en classe (contre une montée à 9h00 en classe avant mais le fonctionnement reste le même). Les élèves arrivent, posent leur cartable au porte-manteaux (aucun cartable en classe), ils le vident entièrement pour le ranger dans leurs cases situé à deux endroits de la classe. Ensuite, il se lavent les mains et s’installent à la place de leur choix. Ils copient les devoirs de la semaine ou choisissent un atelier de copie dans les classeurs de la classe. Chaque élève a une responsabilité, en arrivant en classe c’est le responsable de la date, de l’appel de la cantine/étude et du programme du jour qui travaillent.
9h00 : la classe commence par le rituel d’anglais. L’élève responsable mène le rituel.
9h05/10 : on commence la séance de grammaire/conjugaison/orthographe. Je prends un demi-groupe avec moi puis l’autre-demi groupe suit sa feuille de route du jour en autonomie. Ils ont une feuille de route à la semaine. J’ai choisi de créer deux groupes homogènes dont un des deux groupes avec les élèves en difficultés. J’en ai beaucoup dans ma classe cette année, c’était un choix pédagogique de l’équipe (de moi-même) car le flexible m’accordait plus de temps individuellement avec eux. Je mène de mon côté ma séance prévue sur le U face au tableau. Le demi-groupe en autonomie fonctionne sans moi. Les élèves ont des repères/aides visuelles dans toutes la classe et se réfèrent aux autres élèves du groupe pour les aider.
9h50 : changement de groupe. On échange les places. Je prends en charge l’autre demi-groupe et je mène la même séance prévue. Chaque séance est néanmoins très différente de l’autre car les deux demi-groupes ne fonctionnent pas pareil. c’est très intéressant à voir ! 

Pour le groupe en autonomie, je vous invite vraiment à lire mes articles sur mon fonctionnement en plan de travail. Je l’ai énormément détaillé. 

15h10 – 16h20 : même organisation pour les mathématiques. Je ne fonctionne en demi-groupe que pour ces deux groupes de matières. Je ne suis pas en charge des sciences, de l’histoire et de l’anglais. En EMC, nous alternons conseil d’élèves et séance EMC Partageons qui propose des modalités de travail en groupe et en individuel à chaque fois. La configuration de la classe est donc idéale. Les élèves s’installent partout y compris par terre pour travailler. Il en va de même pour l’art, en fonction des besoins les élèves ont différentes assises. 

Evidement, vous vous en doutez, ce n’est pas rose tous les jours. Au cours des 4 dernières années, j’ai fait des allers-retours dans ma pratique. J’ai, par moment, abandonné le flexible sur quelques semaines face aux comportements ou au travail des élèves. Je joue souvent en début d’année le dragon sur le rangement. En fonction des promos, il y a des classes plus ou moins respectueuses du matériel. Il y a eu de la classe, du matériel abimé, des disputes, des bagarres au niveau du matériel, de l’exaspération, de la colère, de la perte de patience de mon côté mais à chaque fois, j’ai cherché avec eux lors des conseils d’élèves comment nous pourrions améliorer, régler les problèmes. Je les inclus dans toutes les décisions de la classe et je pense, que cela les responsabilise et les intègre plus dans ma pédagogie. 

Si vous souhaitez vous lancer, je ne peux que vous conseillez de tester le flexible sur une ou deux séances pour commencer. Vous n’avez pas besoin de tout faire, aménager d’un coup. Vous avez le temps de chercher, adapter, corriger chaque jour. Allez-y petit à petit, j’ai trouvé pour ma part que c’était extrêmement rassurant. 

Le financement de ma classe

Je finirai mon retour d’expérience sur ce sujet. « Comment finances-tu ta classe flexible ? ». J’ai 3 apports pour ma classe :

  1. Mon porte-monnaie. C’est mon apport principal, depuis 5 ans, j’investis énormément dans ma classe. J’achète d’occasion, en réduction, neuf. J’ai également profité de nombreux déménagement ces 2 dernières années pour réinvestir des meubles au besoin. Ikea, Action et AliExpress sont de très bons copains. Je suis également inscrite sur l’application Geev, qui est une application de dons pour récupérer, à peu près de chez vous ! Il y a souvent des meubles pour enfants : petit tables, coussins, plateau pour ordinateur, meubles à cases … Bref, cela peut-être un bon point pour démarrer mais assurez-vous que cela est possible à mettre dans une classe. Pour ma part, la mairie et la circonscription connaissent mon projet et ma classe. La commission de sécurité est passée cette année et tout va bien. Ils sont ma référence sécurité.
  2. La mairie : comme je le disais plus haut suite à une rencontre au hasard, je découvre que la municipalité souhaitent financer des projets de classes flexibles. Voici donc 2 ans que j’ai un budget exceptionnel, en plus de mon budget annuel pour les cahiers, crayons, manuels … Je vous invite donc à contacter le service Education de votre mairie et à leur proposer un dossier de financement. Je vous partage à la fin de cet article, le dossier que j’avais proposé à la municipalité.
  3. Manutan collectivités et classe de demain : grâce à eux, j’ai la chance de pourvoir tester du mobilier en conditions réelles pour ensuite faire des retours sur les améliorations à prévoir avant une mise sur le marché. C’est le cas pour la balle Céleste, l’îlot Wallis et la table Kimo. 

A télécharger 

PROJET_CLASSE_FLEXIBLE BLOG

5 Comments

  • Posted 14 h 42 min 22 avril 2021 0Likes
    By marie-cécile

    bonjour, je viens de découvrir ton article et j’avoue que j’adore l’idée de fonctionner en classe flexible. Par contre, je m’interroge sur la faisabilité en maternelle?
    Aurais-tu des réponses à m’apporter là-dessus? merciii

    • Posted 23 h 39 min 9 mai 2021 0Likes
      By lmeb

      C’est tout à fait, faisable ! Surtout qu’on emprunte beaucoup d’habitude de maternelle en réalité 🙂

  • Posted 12 h 57 min 6 juin 2021 0Likes
    By Stéphanie

    Bonjour,
    Je viens de vous découvrir aujourd’hui et vous m’êtes d’une grande inspiration : vos articles sont clairs et précis, on ne se perd pas en longueur et tout est concis. Est-il possible de trouver un livret modifiable? j’ai des CM1-CM2 l’an prochain et je souhaiterais utiliser vos supports avec votre autorisation. Merci

  • Posted 1 h 01 min 11 août 2021 0Likes
    By Stéf

    Je récupère une classe de Cm1/cm2 cette année et cet article m’est d’une grande aide ! Je vais fonctionner en demie classe pour commencer. Jai 26 élèves (8cm1 et 18 cm2). J’ai fait un U devant le tableau et des îlots par contre je me pose la question du nombre de place dans le U sachant que j’ai pile 26 tables. Il faut donc que je fasse un U de 13 places et des îlots de 13 places également pour fonctionner en demie classe ? Merci de votre aide et de vos supers articles et conseils

    • Posted 18 h 23 min 12 août 2021 0Likes
      By lmeb

      Ça va dépendre de ton besoin de place pour tes demi-groupes ! Certains peuvent être par terre dans le U par exemple 🙂

Leave a comment

%d blogueurs aiment cette page :