Skip to content Skip to footer

TEACHCOLLAB 2.0 – Le monde de la TPS

Pour ce deuxième teachcollab, nous partons sur un sujet qui nous concerne au quotidien : la scolarisation des moins de 3 ans.

La classe des deux ans, autrement appelée la classe de Toute Petite Section est un monde à part. Lors du concours, on nous demande de nous renseigner sur cette scolarisation des moins de 3 ans, mais une fois arrivée sur le terrain on prend peur à l’idée d’en avoir une.
Souvent, pour les personnes n’y ayant jamais mis les pieds, les enseignants de TPS ne font rien, ou même pas grand chose.. Il est vrai qu’on m’a souvent posé ce genre de questions depuis que je suis sur ce dispositif : 

  • Mais, ils font quoi à part gribouiller tes élèves ? 
  • Ça va, pas trop difficile de coller des gommettes ?
  • Allez, tu dois souvent faire la sieste quand même !
  • Tu dois pas beaucoup bosser avec un niveau comme ça… Je me trompe ? 

Tout d’abord, la charge de travail est loin d’être la même que dans des niveaux de cycle 2, ou 3. Forcément, je n’ai aucune correction. Je ne le cache pas et je ne l’ai jamais caché. Par contre, être enseignant en TPS, tout comme sur le reste du cycle 1, il faut savoir que l’on doit préparer le triple d’activités, car un enfant de cet âge a BESOIN de changer souvent d’atelier. Son temps de concentration peut varier entre… 30 secondes et 10 à 15 minutes. Il faut donc préparer au préalable un nombre d’ateliers suffisant. Il faut aussi en permanence avoir son téléphone pas loin, promis, ce n’est pas pour aller consulter les réseaux sociaux, mais pour immortaliser les différents moments de leur vie en classe. Prendre en photo des réussites, prendre en photo les élèves lors des activités afin de pouvoir faire un retour par la suite (par exemple dans un cahier de vie). Ensuite, nous devons parler, beaucoup, beaucoup, beaucoup, beaucoup… Le but de la TPS dans les REP+ est de favoriser le langage au maximum. Il faut que l’enfant entende à longueur de temps le français (même si parfois, nous nous retrouvons seul(e) à faire des monologues)… Car pour beaucoup, le français n’est pas la langue maternelle. Ensuite, il faut répéter les choses, beaucoup. Il y a encore énormément de choses qu’un enseignant de TPS fait, mais la question n’est pas là. Sinon, vous allez de suite abandonner votre lecture..
Mine de rien, la TPS comme les autres classes demande beaucoup de préparation.. Des heures de recherches pour trouver une activité, la réfléchir et l’adapter à sa classe… Préparer, imprimer, découper, plastifier… Tant d’actions que l’on ne voit pas lorsque nous ne sommes pas dans les classes… 
Il faut savoir que la TPS est un dispositif spécifique, qui nécessite à certains endroits du personnel en plus. Pour l’académie de Versailles par exemple, il existe des classes “passerelles” avec une enseignante, une ATSEM mais également une éducatrice de jeunes enfants. Dans la ville où je suis, nous avons normalement une ATSEM dans la classe pour nous aider et pour également changer les couches.

La TPS va aider les élèves à acquérir de l’autonomie, de la sociabilité et le langage. C’est d’ailleurs les 3 gros piliers qu’on nous demande de savoir lorsqu’on commence dans ce dispositif.

Des ressources officielles

Si vous débutez en TPS, où que vous souhaitez faire une demande pour y enseigner, je vous conseille de filer voir Eduscol via ce lien : https://eduscol.education.fr/110/la-scolarisation-des-enfants-de-moins-de-trois-ans 

Dessus, vous y trouverez les PDF suivants qui vont vous aider à en savoir un peu plus sur ce dispositif : 

Partage de PE 

Mon problème quand je suis arrivée sur ce niveau, c’était le manque de ressources “officielles”. Mis à part ces documents d’Eduscol, j’étais complètement perdue et affolée… Il a donc fallu que je me tourne vers le livre de chez Retz “Enseigner en toute petite section. C’est une pépite ! Il est complet et nous aide à vraiment gérer l’aventure au mieux. J’avoue regretter le manque de livres pédagogiques et formateurs à ce sujet… 

J’ai pu me tourner vers des blogs ou sites dédiés à ce niveau.
Je vous mets ici les références sur lesquelles il m’arrive de piocher des idées, des blogs que je trouve géniaux sur ce niveau. Je vous laisse donc découvrir : 

    • Le blog de Karine, elle a actuellement changé de niveau, mais elle a passé plusieurs années en TPS. Son blog peut aussi vous aider à trouver des idées pour votre classe.
    • Le blog de Lucille, qui est entièrement dédié à la TPS. Elle n’a aujourd’hui plus ce niveau, mais elle a laissé à disposition toutes ses ressources, ses conseils, ses séquences … Je vous invite vraiment à aller y jeter un œil. 

A ma petite échelle, vous pouvez également retrouver différents articles sur le blog autour de la TPS : 

Je vous mets également des ressources bibliographiques qui m’ont et continuent de m’aider : 

    • Vers l’autonomiede chez ACCÈS qui propose des ateliers de manipulation et autres pour tout le cycle 1, y compris la TPS.

    • Autour des livresde la même édition qui est parue en 2020 et qui est une véritable mine d’or. 

Quelques témoignages

Pour finir ce petit article, il était important d’y ajouter quelques témoignages je pense, pour avoir un peu l’avis d’autres maîtresses de TPS. Celui d’Estelle, qui débute cette année en TPS. Je vous laisse aller voir son compte instagram qui déborde de bienveillance et d’amour

Fin juin, dans ma classe de CP, nous retravaillons le son « fl », le téléphone sonne « allo, dis, le poste de tps se libère en septembre, ça te dit ? » 
Voilà comment tout a commencé. 
Avoir MA classe en T2, ça fait rêver. Ici, ce n’est pas avant 5-6 ans en général. Oui mais… Des élèves de 2 ans, ça fait beaucoup moins rêvé ! 🙃 
Je me suis couchée ce soir-là avec une crainte qui me fait aujourd’hui sourire: « est-ce qu’ils vont arriver à quitter leur doudou ? » 🤔
2 mois pour se préparer à ce nouveau projet: devenir maîtresse de toute petite section. 2 mois à lire de nombreux livres, à parcourir tous les sites et les blogs de tps pour répondre à cette question: mais au juste, on fait quoi à 2 ans ? Fin août, j’avais une idée très précise de cette classe: je voulais en faire un cocon où mes tout petits deviendraient des élèves heureux et épanouis. 2 mois et c’était parti, me voilà face aux parents à la réunion de pré rentrée. Gros moment de panique, et si je n’y arrivais pas ?!
Un futur élève était là, je n’osais pas le regarder dans les yeux (peut être de peur qu’il me donne encore plus peur…). Je rentrais le soir en me disant qu’à 2 ans, on était vraiment tout petit.
Pour la rentrée, j’avais envisagé tous les scénarios possibles et bien sûr, rien ne s’est passé comme prévu puisque tout s’est bien passé. En une période, mes 9 tout petits sont devenus des élèves calmes, posés, autonomes et sacrément débrouillards. Ils ne pleuraient plus, posaient leur doudou toute la matinée, restaient au coin regroupement de plus en plus longtemps et étaient émerveillés par tout. 
Oui mais après les vacances, 3 nouveaux élèves allaient rejoindre notre classe. Cette deuxième période a été bien plus difficile et nous l’avons tous fini épuisé mais heureux de se retrouver tous les matins. Mon groupe du départ a avancé à un autre rythme mais ils ont fait preuve de beaucoup de patience et de tolérance en me laissant du temps libre pour apprivoiser ces 3 nouveaux.
Aujourd’hui, nous avons 13 élèves, un 14ème viendra rejoindre les bancs en mars.

Voilà 6 mois que je suis maîtresse de tps. Non, ce n’est pas tous les jours faciles. Oui, on aimerait que parfois ils soient plus attentifs, plus sages, plus autonomes, moins fatigués, plus grands, moins gourmands. Oui, il y a certains jours où on ne peut travailler car le groupe entier n’est pas prêt. Oui ça court de partout mais non ça ne pleure et ne crie pas. Oui nous apprenons de vraies choses. Oui nous jouons beaucoup. Tout est objet à apprendre et je suis devenue maître dans l’art de l’improvisation. Une chose magique chez ces enfants là ? Ils sont émerveillés par tout. Une simple gommette peut faire des miracles ! 
Avoir 2 ans à l’école, ce n’est pas simple, il faut apprendre à partager, à vivre et faire au rythme des autres même quand on n’a pas envie. Mais c’est à nous, atsem et maîtresse, de nous adapter à eux à chaque instant. Pour cause, c’est fatiguant moralement et physiquement (je ne compte plus le nombre de squat par jour !), il faut une énergie de folie. 
Aujourd’hui, même si toutes les journées ne sont pas simples (il est très important de savoir que tout n’est pas tout rose), je pars travailler avec le sourire tous les jours et je suis chaque jour heureuse de retrouver mes tout petits. Dans notre 2ème maison, notre cocon à nous, j’aime les voir progresser, s’émerveiller, grandir, j’aime les entendre rire aux éclats, chanter, répéter mes expressions, j’aime les voir encore et toujours persévérer. J’aime les entendre m’appeler quand ils se sentent perdus après avoir essayé seul pendant de nombreuses minutes (cette métaphore de l’adulte phare/repère de la classe est illustrée parfaitement). J’aime nos sourires, notre complicité, nos câlins et notre réconfort mutuel.


Aujourd’hui, 6 mois après, des milliers de questions (qui n’ont pas toutes trouvées de réponse), des heures à se former, des imprévus à la pelle, beaucoup de travail, j’aime ma classe et mes tout petits. Je suis fière d’eux et de notre travail. »

Et celui de Sandy alias @rsandy_ . Une maitresse de TPS ultra géniale et en plus, super bricoleuse ! 

Cela fait maintenant 3 ans que j’enseigne dans le dispositif des moins de 3 ans de mon village. Très craintive au début par ces petits bouts de choux, j’avais peur de ne pas être à la hauteur car je n’avais jamais enseigné en maternelle. Mais finalement, enseignante en élémentaire ou en maternelle : la classe des 2 ans est un monde bien à part.

J’ai constaté qu’il n’y avait pas de recettes miracles ! Chaque année a été complètement différente. J’ai commencé avec un groupe d’enfants très calme, distrait, timide, ne parlant pas et avec peu d’éveil. Puis j’ai eu des élèves avec plus d’ouverture sur le monde, avec du langage, très motivé pour travailler, mais toujours réservé. Cette année me bouscule et me repousse dans mes retranchements : j’ai un groupe d’élèves très (trop) dynamique, parlant très bien, comprenant très bien les activités proposées, mais très dur, bagarreur…

Vous l’aurez compris, la classe des 2 ans change complètement suivant le public que vous accueillez.

Mes craintes ont donc évolué au fur et à mesure des années. Au début, j’ai eu peur du langage. Aucun enfant ne parlait… Comment faire pour les comprendre ? Pour échanger ? Pour travailler ?… Mais nous y sommes arrivés. Désormais ce n’est plus pour le langage que je m’inquiète mais plus pour le comportement… haha. Mais je suis sûre que nous parviendrons à y arriver également !

Cette classe des moins de 3 ans possède beaucoup de préjugés :

  • la classe où on ne fait que changer les couches : « non, mais c’est inacceptable d’accueillir des élèves avec une couche ! » Ha bon ? Et en quoi cela est gênant ? Arrêtons de mettre une pression sur les parents, sur les enfants… Travaillons conjointement ! Je ne supporte pas entendre des enseignants parler ainsi (même si la loi les oblige, beaucoup tiennent encore ce discours).
  • la classe où on ne travaille pas : « oh c’est une sorte de crèche finalement ton job ? » Non. On travaille et beaucoup même. On apprend à vivre ensemble, le langage, les maths, les sciences, la musique … Oh tient ! Un peu comme une classe normale de maternelle ! Nous sommes qu’au mois de Février et je suis heureuse de dire que mes petits élèves de 2 ans savent tous dénombrer jusqu’à 2 ! Et certains même jusqu’à 4 !

J’ai souvent beaucoup de questions d’enseignantes qui ont peur de la TPS, que les collègues les « préviennent » qu’elles ne pourront rien faire avec eux … (attention aux faux bons conseils). Il ne faut pas s’interdire de faire, car les autres pensent que cela est impossible. Ces enfants sont capables de beaucoup de choses et sont très réfléchis. Il faut savoir leur apporter des supports, des situations adaptés afin de tous les voir progresser. Et vous le verrez, les progrès dans cette classe au long de l’année scolaire sont simplement spectaculaires.

 

 

 

Leave a comment

%d blogueurs aiment cette page :