Travailler en plan de travail

Nous avons reçu beaucoup de questions sur mon fonctionnement en plan de travail et ateliers. Après quelques semaines de mise en place, je peux enfin faire un retour par ici. Je vais essayer de répondre très en détails sur mon organisation.

Pourquoi travailler en plan de travail ?

Il y a trois ans, je me suis lancée sur les conseils avisés de La Maitresse Sev et Maitresse Aurel dans la pédagogie semi-flexible. Les petits débuts du flexible, aujourd’hui, mis en place dans la classe.

Mes CM1 de l’époque et moi avions alors besoin de pouvoir travailler en demi-groupe. Le climat de la classe était toxique, violent et chaque solution mise en place était un échec au bout du quelques heures ou une semaine, au mieux.

J’étais bloquée, impuissante. Je me sentais désemparée, épuisée et sans solution de ma hiérarchie qui ne savait plus non plus quoi faire de ce groupe classe. Je devais séparer les associations malencontreuses pour récupérer un climat de classe propre aux apprentissages pour chacun de mes élèves.

J’ai longtemps discuté avec Séverine et Aurélia, qui ont été une bouffée d’oxygène et m’ont accompagné du mieux qu’elles ont pu dans mes changements de pédagogie. J’ai découverte un « nouveau » groupe classe, une nouvelle façon de fonctionner dans laquelle, en plus, je me sentais bien. J’étais enfin capable d’aider et d’accompagner chacun de mes élèves à leur niveau. Je voyais les progrès même minime de chaque élève. J’étais plus présente pour eux, et eux le ressentait aussi.

D’accord, les demis-groupes c’est bien, mais que font les élèves en autonomie pendant que tu n’es pas avec eux ?

Je me suis tournée vers les centres, tout naturellement comme Séverine et Aurelia, j’ai recherché tous les infos possibles, sur les ceintures de compétences également … mais rien ne me convenait. Je ne m’en sortais pas dans l’utilisation, et si déjà, moi, je ne m’en sortais pas, alors je n’imaginais même pas pour mes élèves.

Du coup, je me suis tournée vers les plans de travail avec des activités de réinvestissement. Chaque semaine, les élèves reçoivent un PDT ordonné par jour, en fonction de leurs besoins.

Ce plan de travail permet, en plus, de réinvestir les notions vues en classe, en atelier dirigé et tout au long de l’année car je me suis retrouvée, aussi, avec des élèves qui ne savaient plus, par exemple, poser une soustraction car la séquence était finie, l’évaluation faite. Ils passaient à autre chose. Et quand on utilise plus assez régulièrement quelque chose, on l’oublie.

Le plan de travail me permet de faire réinvestir continuellement mes élèves et de développer leur autonomie.

Pour mes premiers CM1, je n’avais qu’un seul créneau par jour de plan de travail et les élèves avaient des tâches de français et mathématiques mélangées. Pour les CP, je travaillais le français en même temps que le français et les maths en même temps que les maths.

Cette année, j’ai plusieurs créneaux par jour et je sépare français et mathématiques pour soulager les élèves et leur laisser le temps d’avancer en français comme en mathématiques. Je préfère également que les élèves soient tous dans le même domaine en même temps même s’ils travaillent des compétences différentes.

Une fois que j’ai connu les bénéfices du flexible et des PDT, il était impossible pour moi, de repartir en arrière. Je me suis lancée avec les CP puis retour aux sources avec ce nouveau CM1.

Comment je le prépare ?

Chaque week-end, en préparant ma classe, je prépare les plans de travail (PDT) de la semaine. J’ai trois modèles différenciés pour trois/quatre groupes d’élèves, chacun à un niveau différent en fonction des besoins et des capacités de chacun.

Le PDT est séparé en deux parties : mathématiques et français. Je l’imprime en recto-verso et à la fin de la semaine, il est rangé, dans le classeur, avec les feuilles utilisées à la suite.

Je garde une liste des ateliers que j’ai à disposition dans la classe et en fonction des compétences travaillées dans la semaine et dans les semaines passées, je choisis les ateliers que j’insère, en réinvestissement.

Ce plan de travail est le dernier créé, mon plus abouti. Il a évolué depuis 3 ans, depuis mon lancement en semi-flexible. Cette année, il est clairement inspiré de mon année de CP avec l’ajout de pictogrammes et d’images pour faciliter son utilisation et sa lecture.

Le CP fait beaucoup réfléchir sur les modalités de travail possible.

J’avais déjà écrit un article sur les plans de travail en CP, vous pouvez le retrouver ici. Ils sont également adaptables en CE1 et CE2.

Qu’est-ce que je mets dedans ?

Comme dit plus haut, les PDT sont composés d’ateliers de manipulation (article à venir sur les cartes à pinces … ) et d’exercices de réinvestissement (article à venir sur les exercices … ). Ce sont des exercices avec des consignes connues et travaillées en atelier dirigé. Celles-ci sont toujours les mêmes pour ne pas « bloquer » les élèves. Ils sont rangés dans des boites sur lesquelles on retrouve le nom de l’atelier, à la fois sur la boîte, sur l’atelier et sur le PDT. Oui, oui, je crois que ça fait beaucoup !

Les ateliers ou exercices sont rangés dans des boites, en libre service dans la classe. Chaque atelier est validé soit par l’écrit soit par une photo, pour une validation ultérieure. Je corrige les PDT en fin de journée puisque je ne suis pas disponible quand ils sont en activité.

Les élèves ont donc besoin de leur plan de travail, des ateliers et exercices dans les boites et des feuilles à carreaux à disposition dans une boite en libre-service.

Les PDT sont rangés par groupe en fonction de leur tâche : en ateliers autonomes ou en ateliers dirigé. Cette année, j’ai le groupe des avions et des montgolfières.

Chaque activité a un titre, une consigne, le matériel écrit mais aussi en pictogramme/image pour savoir où faire l’exercice : cahier d’entrainement, feuille à carreaux, ou prise de photos. Le feedback visuel rassure les élèves, ils retrouvent les mêmes pictogramme partout dans la classe, là où est rangé le matériel, par exemple.

Une fois l’activité terminée, les élèves indique l’activité faite par un check dans le PDT. La partie grisée m’est réservée : une colonne « à corriger », une colonne « validée ».

Chaque jour, lorsque je corrige, je valide (ou non) la partie correction pour chaque élève. C’est-à-dire que quand, l’élève n’a pas de corrections à faire sur son PDT de la journée, je valide la ligne « Corriger son PDT de la vieille« . Les élèves savent alors qu’ils n’ont pas à corriger leur PDT le lendemain.

Comment je l’ai mis en place dans la classe ?

La mise en place des plans de travail et leur utilisation ne se fait pas en une journée. Les élèves ont besoin d’essayer, de tester, de poser leurs questions … J’ai mis en place des créneaux dédiés aux PDT pendant deux semaines. J’étais en observation, en retrait pour aider, répondre aux questions et rassurer dans les premiers moments.

Petit à petit, j’ai pris des petits groupes d’élèves pour travailler en même temps et leur montrer le rendu du travail en modalité : atelier dirigé et atelier autonome.

N’hésitez pas à prendre ce temps, c’est du temps peut-être « perdu » pour en gagner le reste de l’année.

Enfin, pour créer un rappel visuel, j’ai crée comme pour les CP, un mode d’emploi en 6 étapes pour faire le plan de travail. Il est accroché sur un tableau comme rappel pour les élèves.

Et en classe, à quel moment les élèves l’utilisent ?

En classe, les plans de travail sont prévus sur les créneaux « ateliers autonomes ». Il est rare que nous ayons le temps de les reprendre à d’autres moments.

Comment je l’évalue ?

Evaluer était une autre problématique. Etant donnée, que je suis avec un autre groupe d’élèves, comment et à quel moment pouvoir évaluer le travail des élèves en autonomie ? Il faut repousser la validation à plus tard, mais que les élèves aient cette correction.

C’est grâce à Maitresse Aurel que j’ai trouvé la solution. Elle a publié un jour, sur sa page, un article où ses élèves prenaient des photos pour valider leur centre.

J’avais deux iPods faisant photos et vidéos, je les ai remis à 0 pour mes CP qui les ont utilisés toute l’année dernière pour valider les ateliers, comme en maternelle. Cette année, je garde mes deux iPods, je rajoute également un vieux smartphone et ma petite GoPro pour leur permettre de prendre des photos ou s’enregistrer.

Ils gèrent même le chargement puisque j’ai accroché les chargeurs à proximité d’une prise de courant. Quand il y a besoin, les responsables du rangement remettent en charge.

Voilà, pour mon organisation en plan de travail. J’espère avoir été claire, même si l’article n’est pas court du tout !

Vous pouvez trouver en téléchargement un exemple de mon plan de travail de cette année, ainsi que le mode d’emploi du PDT mise en place en classe. Les ateliers seront en ligne dans un autre article.

On télécharge ?

12 commentaires sur “Travailler en plan de travail

Ajouter un commentaire

  1. bonjour j’aimerais également me lancer ds les plans de travail, je suis T2 et cela me parait un peu périlleux surtout au niveau du bruit et du cadre mais j’ai envie de tester car j’ai des élèves hyper rapides qu’il faut donc occuper. Votre article m’a donné l’envie de le tester à la rentrée et je voulais savoir s’il était possible d’avoir la trame du plan de travail des CM1
    Merci et bravo pour votre travail

    J'aime

  2. Quel boulot, bravo !
    La maitresse de mon fils, qui est en CM1, travaille en PDT et elle m’a vraiment donné envie d’essayer aussi ! Est-ce-que je peux vous demander quel logiciel vous utilisez pour les créations graphiques ?
    Merci d’avance et bonnes vacances

    J'aime

  3. Quel boulot!!! C’est toujours de qualité et tellement chouette. Merci pour tout ce que vous partagez!!!
    Je travaille également en PDT avec mes CE2-CM1,mais quand je vois les vôtres… je les trouve motivants et clairs pour les élèves. Je voulais savoir si vous partageriez la trame?
    Merci d’avance de votre réponse.
    Bon courage pour le reprise.

    J'aime

  4. Merci beaucoup pour cet article inspirant et qui permet aussi de mieux se projeter quand on a envie de se lancer et de s’améliorer 🙂 D’ailleurs, je me suis inspirée de ton plan de travail pour revoir le mien (notamment avec les pictogrammes plus parlant et le découpage en journée afin que tous mes élèves puissent mieux se repérer)
    Je me pose une question : en terme d’affichages didactiques, comment fonctionnes-tu ?

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :